Mon comparatif Ubuntu / Windows.

Ces derniers temps j’ai eu l’occasion d’utiliser “intensivement” Windows XP. Je vous livre mes impression.

Ce qui me manque cruellement lorsque j’utilise Ubuntu :

  • Un clone de MSN messenger avec une interface conviviale (pas aMSN) et supportant toutes ses fonctions (webcam, smileys animés, “émotisons”, …).
  • Guitar Pro (vraiment génial pour apprendre rapidement un morceau de guitare).
  • Photoshop car Gimp c’est bien mais je n’ai jamais pu m’y habituer.
  • Les jeux.
  • Un lecteur multimédia avec un bon son, Amarok est un superbe logiciel mais le son de Winamp est de bien meilleure qualité.
  • L’intégration. Même sous Ubuntu (qui ne mélange pas GTK et QT) les logiciels communiquent assez mal entre eux (Firefox et Gnome est l’exemple le plus flagrant).
  • La réactivité. Ce n’était pas le cas avant mais l’interface me semble assez peu réactive sous Dapper (ok c’est encore en développement), les fenêtres mettent du temps à apparaître. Prise de poids ?

Ce qui me manque lorsque j’utilise Windows :

  • La liberté ! Windows n’est pas composé de logiels libre, c’est son principal défaut pour moi.
  • Un bon shell et tous les outils qui vont avec ! C’est LA killer-feature de Linux. Rien de plus pratique.
  • La customisation, Linux (Gnome ou KDE) est nettement plus personalisable que Windows et son look “Playskool”. De manière générale, Ubuntu c’est plus beau que Windows.
  • Les outils de programmation puissants livrés par défaut. Sous Ubuntu on s’installe une vrai plateforme de développement en quelques clics dans Synaptic, sous Windows c’est moins évident.
  • La “transparence réseau”, sous Gnome on se ballade sur les serveur distants (que ce soit en SSH, NFS, sFTP, ou autre) comme si l’on était en local grâce à Gnome-VFS. Sous Windows on doit passer par des logiciels tiers (Filezilla).

Recherche job d’été

Recherche job d’été (dans l’informatique ou autre) dans le Nord / Pas-de-Calais.

Contact : dunglas chez gmail point com

Dapper retardé de 6 mois

C’est Biologeek qui nous l’apprend.

Et ils ont bien raison ! Ça sera prêt quand ça sera prêt !